Histoire de la compagnie Iberia

Iberia

Iberia avant-guerre

La naissance et les premiers pas de la compagnie aérienne espagnole Iberia (dont le nom officiel est Iberia Lineas Aereas de Espana, s.a) sont intimement liés aux événements vécus par la société ibérique de l'entre deux guerres car, si elle n'est pas la plus ancienne compagnie européenne de taille nationale, elle fait tout de même partie des toutes premières après la russe Aeroflot (1923), l'allemande Lufthansa (1926), mais avant Air France (1933).

Dans la période 1923/1930, le régime autoritaire de Miguel Primo de Rivera, qui régit l'Espagne en se reposant sur l'armée, a besoin d'une compagnie susceptible de transporter le courrier entre Madrid et Barcelone. Or, l'investisseur biscaïen Horatio Echeberrieta vient de fonder, le 28 juin 1927, Iberia avec l'appui logistique et financier de la Lufthansa. Cette nouvelle compagnie qui, pour son vol inaugural le 14 décembre de la même année entre Madrid et Barcelone, a été honorée de la présence à bord du roi Alphonse XIII d'Espagne, sera sponsorisée par le gouvernement et instrumentalisée par le régime en incorporant la CLASSA (compania de lineas aereas subvencionadas s.a) qui regroupe l'ensemble des transporteurs aériens d'intérêt public sous l'autorité du régime. En tant qu'entité propre, Iberia cesse donc ses activités dès le mois de mai 1929. Toutefois, la marque « Iberia » reste protégée, car enregistrée, bien que ses appareils et son réseau de routes aériennes passent aux mains de la CLASSA, devenue un monopole de fait contrôlé par l'État. Après la chute du gouvernement Rivero et l'avènement de la Seconde République espagnole, la CLASSA se transforme en LAPE qui conserve tous les biens de la défunte CLASSA, y compris ceux originaires d'Iberia. En plein durant la guerre civile qui oppose les républicains aux franquistes, soit vers 1937, la société Iberia est réactivée par ces derniers dans leurs zones d'influence (son siège est, alors, transféré à Salamanque en Castille-et-Leon) et devient la compagnie aérienne officielle de ce camp qui finira par l'emporter. À cette époque, Iberia n'est encore qu'une compagnie à vocation locale qui dessert des aéroports nationaux de ce pays ruiné par le conflit civil. Seuls les vols domestiques figurent au programme de l'Iberia renaissante, d'autant que la perspective de la deuxième guerre mondiale se rapproche et que le temps n'est pas à un développement intercontinental de l'aviation.

Néanmoins, après l'installation du régime du général Franco en Espagne, Iberia va être chargée d'établir, en 1939, une ligne entre Madrid et Lisbonne, passant ainsi - bien que modestement - du statut de compagnie régionale au rang de compagnie internationale. Cette liaison entre l'Espagne et le Portugal s'explique par l'appartenance à une même péninsule et, par ailleurs, par le fait que le nationaliste Salazar exerce sur le Portugal une autorité dont les principes s'accordent avec ceux de Franco. En 1940, une ligne reliant Madrid à Rome est établie. Là encore, la proximité politique entre dictateurs joue son rôle. Pourtant, Iberia, dans le même temps, cherche à élargir son champ d'action vers le nord et inaugure une ligne Madrid-Londres et une ligne Madrid-Paris, confirmant sa nouvelle vocation à devenir une compagnie d'envergure internationale. Malheureusement, le conflit, à juste titre nommé mondial, ne permet pas un essor et, a contrario, freine le déploiement d'Iberia. Ce n'est qu'avec la fin de la guerre qu'Iberia peut envisager de rejoindre le niveau des grandes compagnies qui dominent le ciel du transport commercial de passagers.

les années d'aprés-guerre

Fin 1944, Iberia est nationalisée et son nouveau départ, dans un monde aérien livré à la concurrence, la conduit à se tourner prioritairement vers la sphère latino-américaine dont elle partage la langue (hormis le Brésil). C'est ainsi qu'Iberia inaugure, à partir de 1946, une première ligne régulière intercontinentale Madrid-Buenos Aires avec escale à Natal et Rio de Janeiro sur un appareil Douglas DC4. Iberia devient alors la première compagnie à établir une relation aéronautique entre les deux continents. C'est à cette époque, également, qu'apparaissent sur Iberia les hôtesses de l'air sur ses vols transatlantiques. Elles portent un uniforme de type militaire. Le « pacte de Madrid », signé en 1953, dispense de visa les citoyens américains à destination de l'Espagne. Cette facilité ouvre à Iberia les portes d'une ligne Madrid-New York, qui entrera en service le 3 août 1954. Pour l'occasion, Iberia utilise un Constellation de chez Lockheed qui a été acheté en trois unités. Par la suite, elle assurera ses vols vers le continent américain sur des Douglas DC8 et seront desservies les villes de La Havane, Caracas, Mexico et San Juan. Outre l'avantage de l'absence de visa concernant les Américains, la Convention Internationale de l'Aviation Civile de Montréal du 14 juin 1954, qui fixe sur le long terme les rapports internationaux entre les États et entre les compagnies en la matière, apporte un traitement favorable à l'Espagne afin qu'elle accède plus rapidement au niveau de développement des partenaires majeurs de l'aviation commerciale. Iberia est, naturellement, la première bénéficiaire de ces amendements particuliers. L'année 1970 est marquée par l'acquisition par Iberia de son premier Boeing 747, encore appelé Jumbo Jet. 1977 est doublement célébré par Iberia. D'une part, la compagnie fête son demi-siècle d'existence, d'autre part, elle annonce pour la première fois avoir transporté plus de 10 millions de passagers au cours de l'année écoulée.

La diversification des activités d'Iberia passe par la prise de participations de la compagnie dans ses homologues nationales (Aviaco, Viva Air, Binter Canarias) et d'Amérique Latine dont Aerolineas Argentinas, Viasa - la compagnie du Venezuela -, et Ladeco (Chili) qui s'effectue entre 1980 et le commencement des années 1990. À la mort du général Franco, en 1975, la monarchie est officiellement rétablie et une période de modernisation du pays s'amorce. La monarchie concrétise aussi l'unité retrouvée de l'Espagne et c'est dans ce contexte que le célèbre tableau de Picasso « Guernica », peint à l'époque à Paris et sur commande des républicains pour le pavillon espagnol de l'exposition universelle de 1937, retourne officiellement en Espagne - le peintre ayant refusé son retour de New York, où l'ouvre avait séjourné plus de 40 ans, tant que le régime précédent durerait - sur un vol de la compagnie Iberia en vue d'être définitivement exposé à Madrid. Par ce rapatriement, datant de 1981, chargé de symboles, Iberia se positionne comme la compagnie officielle de l'Espagne.

La direction d'Iberia décide, à la fin des années 1980, d'une modernisation complète de la flotte de la compagnie. Les appareils achetés par Iberia proviennent de trois différentes sociétés. La flotte d'Iberia comprendra désormais des Mc Donnell MD87, des Airbus A320 et A340 et des Boeing B757.

En 1991, Iberia met en place un système de fidélisation de la clientèle dénommé Iberia Plus offrant des « miles » aux clients réguliers. L'année suivante, Iberia est intronisée partenaire officiel de deux manifestations d'envergure mondiale : les Jeux Olympiques de Barcelone et l'exposition universelle de Séville. Dans son souci de modernisation, dont témoigne sa flotte renouvelée, Iberia est une des premières compagnies aériennes mondiales à mettre en vente ses billets sur la toile, après avoir ouvert son site web. Cette innovation constitue le point marquant de l'année 1996. Vient ensuite la phase de la privatisation intégrale d'Iberia. Mené par étapes, le processus s'achève en 2001 et le titre est introduit en Bourse. Auparavant, Iberia avait adhéré (1er septembre 1999), en compagnie d'American Airlines, British Airways, Cathay Pacific, Finnair, Japan Airlines, LAN, Malev, Mexicana, Qantas et Royal Jordanian à Oneworld, alliance aérienne dont le siège est fixé à Vancouver au Canada. Cette organisation a pour objet de concurrencer les leaders sur le marché que sont les géants Star Alliance et SkyTeam. L'alliance Oneworld a été élue en 2009, meilleure alliance du monde pour la septième année consécutive. D'autres compagnies ont rejoint ou se sont associées à ce groupement depuis l'acte fondateur. En 2002, Iberia intègre d'Ibex 35, pendant espagnol de l'indice boursier français CAC 40. Le « poids » d'Iberia dans l'indice représente seulement 0,35% du total des 35 plus grosses sociétés espagnoles de référence. Toutefois, Iberia peut, l'année de son introduction, s'enorgueillir d'avoir transporté plus de 500 millions de passagers depuis sa naissance, il y a 75 ans.

  • Aller / retour
  • Aller simple
  • Multidestinations
Aller
Retour
1 passager, Éco
1 adulte
0 enfant
0 bébé
Classe
  • Éco
  • Premium éco
  • Affaires
  • Première
Compagnie
  • Iberia
  • Toutes
Le
Le
1 passager, Éco
1 adulte
0 enfant
0 bébé
Classe
  • Éco
  • Premium éco
  • Affaires
  • Première
Compagnie
  • Iberia
  • Toutes

0 899 650 649**

Du lundi au samedi : 8h30 à 19h30

Dernière minute