Histoire de la compagnie British Airways

British Airways

Création de British Airways

La compagnie britannique British Airways, contrairement aux principales grandes compagnies nationales européennes comparables comme Lufthansa (Allemagne), Air France (France), KLM (Pays-Bas), Aeroflot (Russie) ou Finnair (compagnie nationale de Finlande) n'a pas une ancienneté remontant à la période de l'entre deux guerres, puisqu'elle n'a été fondée qu'en 1972, résultant principalement de la fusion de British Overseas Airways Corporation (BOAC) et British European Airways (BEA) qui opéraient jusqu'à cette année-là séparément. L'accord de fusion, passé l'année précédente, prévoyait aussi que se fondent, au sein de la nouvelle entité, deux compagnies britanniques régionales de moindre importance : Cambrian Airways, basée à Cardiff au Pays de Galles, et Northeast Airlines dont le « hub » (terme employé dans l'aéronautique pour indiquer une plaque tournante) se situait à Newcastle. Le nouveau groupement, qui prend le nom de British Airways, installe son siège à Waterside à proximité de l'aéroport de Londres Heathrow. Lui est attribué le code « BA », un code IATA organisme gérant l'aviation civile internationale étant attribué à toute compagnie et tout aéroport (ainsi, « ME » correspond-il à Middle East Airlines et HNL à l'aéroport d'Honolulu). Cette association logistique va permettre à British Airways, désormais étendard de la flotte aéronautique britannique, de devenir, de la fin du XXème siècle au début du XXIème siècle, la troisième compagnie européenne en termes de nombre de passagers, dans le sillage de Air France-KLM et Lufthansa et, naturellement, la première compagnie britannique. Elle ne sera détrônée de ce dernier titre qu'en 2008 quand la compagnie low cost easyJet transportera 44,5 millions de voyageurs alors que British Airways n'en convoiera « que » 35,7 millions.

L'exploitation du Concorde

Au moment de l'installation de British Airways dans le concert des compagnies européennes, le parti travailliste revient au pouvoir et Harold Wilson est à nouveau nommé premier ministre. Représentant l'aile gauche de son mouvement, le premier ministre entreprend immédiatement de nationaliser British Airways qui, sans concurrence dans le cadre national, va pouvoir s'affirmer comme un acteur majeur dans son domaine. Elle sera l'unique compagnie, avec Air France, à utiliser le supersonique franco-britannique Concorde, conçu par Aérospatiale, dont le projet avait été scellé dès 1962, au temps de BOAC. Un premier vol expérimental avait été effectué en 1969, le commandant Turcat pilotant l'appareil, alors que British Airways n'était pas encore née. Aussi, le premier vol supersonique avec passagers sera inauguré en janvier 1976. Il reliera Paris, Dakar et Rio de Janeiro. Par la suite, quand les réticences américaines à voir évoluer Concorde sur l'aéroport de New York s'estomperont après une longue polémique, les lignes au départ de Londres ou Paris et à destination de l'est américain constitueront le principal objectif de la compagnie britannique. Au demeurant, en fin d'exploitation du supersonique (août 1983), British Airways aura, au total, fait voler sa flotte de Concorde deux fois plus que ne l'aura fait Air France. L'avion mythique effectuera ses derniers trajets à partir de Londres Heathrow et survolera les principales villes britanniques entre le 20 et le 24 octobre 1983 en vitesse subsonique en guise de dernier adieu. Edimbourg sera l'ultime cité honorée du passage du Concorde et c'est d'ailleurs au musée national d'Écosse d'East Fortune, à proximité de cette ville, qu'est exposé aujourd'hui un exemplaire du Concorde aux couleurs de British Airways.

Des années 80 aux années 2000

En 1981, le paysage politique anglais ayant changé avec le retour des conservateurs de Margaret Thatcher au pouvoir (1979), la présidence de la compagnie est attribuée à John King qui deviendra par la suite Lord King dans le but de préparer la privatisation prévue dans le cadre de la libéralisation de l'économie nationale. De fait, British Airways est cotée à la Bourse de Londres en février 1987 et rejoint l'index « FTSE 100 », dit encore « Footsie », l'équivalent du CAC 40 français. King s'atèle également à rentabiliser la compagnie qui souffre jusque là d'un déficit chronique. Le président réussit cette gageure et fait de British Airways une des plus rentables compagnies du monde dans le même temps qu'il développe le slogan : « World's Favorite Airline ». Sous la présidence de John King, la compagnie renforce son image de marque qui est celle d'une compagnie où le service est stylé dans l'esprit anglais, le confort haut de gamme avec des classes appelées First, Club World ou encore Europe, et l'élégance en rapport avec ses prestations. L'expansion est confortée par le rachat de petites compagnies telles British Caledonian en 1988, de lointaine origine écossaise et dont le parcours s'était avéré chaotique ces dernières années, Dan Air en 1992, alors en perdition, pour £1 symbolique mais dont le siège est à Londres Gatwick qui deviendra le second « hub » de British Airways. L'année suivante, la compagnie monte une filiale dénommée British Asia Airways dont l'objet est d'établir une ligne entre Londres et Taïwan, et elle prend une participation dans la compagnie nationale d'Australie Qantas à hauteur de 25% du capital.

En 1993, John King, le « roi » de British Airways, démissionne de son trône et est remplacé par un duo composé de Colin Marshall, à la présidence du groupe, et de Robert Ayling à la direction générale. La mission confiée à Ayling est de procéder à une réduction drastique des frais, car l'image d'élégance et de raffinement que véhicule la compagnie a nécessairement un coût peu compatible avec la nouvelle donne résultant de la déréglementation du ciel européen qui voit apparaître les compagnies charters et low cost aux prix plus compétitifs. C'est dans ce contexte que British Airways, peu habituée aux confrontations avec la concurrence sur son propre terrain (en l'occurrence easyJet), se lance dans un projet initié par Robert Ayling et répondant au nom de code « opération Blue Sky » qui aboutit à la construction d'une filiale spécialisée dans le low cost : Go Fly, qui naîtra en 1998 et commercialisera ses prestations sous le nom de Go. L'idée directrice de Robert Ayling est que British Airways, via sa filiale, prenne position sur le marché des vols low cost à destination du continent. Après une première ligne Londres Stansted Rome, Copenhague, Milan, Munich, et Lisbonne suivront. Au terme du mandat d'Ayling, qui prend fin en 2000, la situation de la filiale low cost est précaire et, sur décision de son successeur Rod Eddington, Go est cédé à easyJet. Cette cession redonne une bouffée d'air, sur le plan financier, à British Airways, dont les profits avaient chuté, et qui va pouvoir se recentrer sur sa vocation d'origine. Malheureusement, et en dépit des efforts de réduction de personnel, la conjoncture qui prévaut au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 n'est pas favorable à l'expansion des compagnies traditionnelles comme British Airways. La compagnie britannique se sépare alors de ses parts dans Qantas.

À partir de 2005, profitant de la nouvelle règle européenne permettant à n'importe quelle compagnie de l'Union Européenne d'installer des lignes aériennes à partir de n'importe quel aéroport du territoire des pays membres, British Airways se tourne plus spécifiquement vers les lignes transatlantiques sans escale au départ des métropoles du continent et à destination des États-Unis. Ce type de développement ne suffit pas à s'imposer sur un marché où les concentrations de transporteurs se multiplient et, en juillet 2008, est annoncée la fusion entre British Airways et l'espagnole Iberia sur le modèle du rapprochement qu'avaient déjà opéré Air France et KLM. Il est prévu que le capital de la nouvelle entité dont le nom (peut-être provisoire) est Topco, se répartira à raison De 55% au profit de British Airways et 45% en faveur d'Iberia. Les deux compagnies mères continueront à voler sous leurs propres couleurs mais leur association fera de Topco une des plus importantes compagnies du monde. Mais avant que la fusion des deux compagnies ne soit effective, British Airways avait annoncé, à l'issue de l'exercice comptable achevé fin mars 2009, avoir transporté de 33 millions de passagers sur la dernière période, chiffre en stagnation par rapport aux années antérieures, voire légèrement érodé.

  • Aller / retour
  • Aller simple
  • Multidestinations
inverser directions
Les villes de départ et d'arrivée ne peuvent pas être identiques
Aller
Retour
1 passager, Éco
1 adulte
0 enfant
0 bébé
Classe
  • Éco
  • Premium éco
  • Affaires
  • Première
Compagnie
  • British Airways
  • Toutes
inverser directions
Les villes de départ et d'arrivée ne peuvent pas être identiques
inverser directions
Les villes de départ et d'arrivée ne peuvent pas être identiques
Le
Le
1 passager, Éco
1 adulte
0 enfant
0 bébé
Classe
  • Éco
  • Premium éco
  • Affaires
  • Première
Compagnie
  • British Airways
  • Toutes

0 899 650 649**

Du lundi au samedi : 8h30 à 19h30

Dernière minute